habitat économe

Quelles sources d’énergie pour votre logement ?

Voici la véritable question à vous poser avant même de dessiner les premiers plans ! Car des énergies retenues dépendront certains choix constructifs. Chauffage et production d’eau chaude sanitaire sont directement concernés.

Selon le type d'énergie choisie, les enjeux s'expriment en matière de coût d'investissement (l'installation), de coût d'exploitation, de coût de maintenance et de confort (l'utilisation au quotidien). Vous êtes par ailleurs certainement sensible à l'impact du choix énergétique en matière de gaz à effet de serre (CO2). Un panel d'énergies est disponible.
 

  • L'électricité – C'est l'énergie à laquelle chaque logement est par nature connecté. En France, elle génère environ 180 g de CO2 par kWh consommé pour chauffer, et 40 g de CO2 par kWh consommé pour produire l'eau chaude sanitaire (1). Pour le chauffage, l'électricité s'emploie dans le contexte d'une bonne isolation. L'effet Joule direct (panneaux rayonnants électriques, radiateurs électriques, etc.) sera mis en œuvre en optimisant au maximum la programmation horaire des plages de température, ou encore la gestion des volets roulants automatisés pour réduire automatiquement les déperditions nocturnes par les baies. Ces équipements électriques permettent une gestion directe via la domotique, localement ou à distance. Une pompe à chaleur marie quant à elle électricité et énergie renouvelable, en puisant la chaleur de l'air, de l'eau ou du sol : pour 1 kWh consommé, la quantité d'énergie restituée est trois à quatre fois supérieure à celle d'un radiateur électrique.
    La pompe à chaleur “double service“ permet de produire à la fois chauffage et eau chaude sanitaire, tandis qu'un chauffe-eau thermodynamique produit uniquement de l'eau chaude sanitaire, toujours avec la même efficacité.
  • Le gaz – Accessible dans de nombreuses communes, le gaz naturel libère 234 gCO2/kWh (1). Il nécessite toutefois des travaux de raccordement au réseau (travaux à votre charge entre la limite de propriété et les équipements). Les chaudières gaz à condensation sont actuellement les plus performantes en matière de rendement énergétique (consommation réduite de 20 % comparativement à une chaudière classique). Lorsque le gaz en réseau n'est pas disponible, il est possible de faire installer une cuve enterrée pour le stockage du gaz, livré par camion.
  • Le fioul – L'utilisation du fioul reste soumise à d'importantes fluctuations tarifaires et génère environ 300 gCO2/kWh (1). Seront privilégiées les chaudières à condensation permettant de réduire de plus de 20 % la consommation d'énergie par rapport à une chaudière ancienne. Du fait de son impact sur l'environnement, le fioul n'est pas retenu par le Label Promotelec Performance.
  • Le bois – Conventionnellement estimé avec un contenu CO2 nul (0 g CO2/kWh), le bois s'utilise sous sa forme brute, mais aussi sous la forme de granulés ou de pellets, permettant dans ce cas de gérer automatiquement ou manuellement l'alimentation d'une chaudière ou d'un poêle. L'énergie bois est aujourd'hui bien prise en compte par la réglementation thermique et assure une bonne complémentarité à une solution de chauffage de base (électricité ou gaz).
  • Réseau de chaleurIl s'agit d'un réseau cheminant sous la voie publique et desservant de multiples bâtiments, alimenté en amont par une chaufferie de quartier de forte puissance. Le raccordement s'effectue via un échangeur de chaleur prenant le rôle d'une chaudière virtuelle. La facturation est proportionnelle à l'énergie consommée pour assurer le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire.
  • Solaire thermique Pour une production solaire en maison individuelle la solution utilisée est le chauffe-eau solaire individuel (CESI) pour l'eau chaude sanitaire ou le système solaire combiné (SSC) pour le chauffage, qui permettent respectivement de couvrir jusqu'à 70 % et 40 % des besoins annuels grâce au rayonnement solaire.
  • Solaire photovoltaïque La production locale d'électricité à partir du rayonnement solaire contribue à équilibrer le bilan énergétique du bâtiment.

D'une façon générale, les énergies renouvelables (pompe à chaleur, chauffe-eau thermodynamique, bois, solaire thermique et photovoltaïque), limitent le recours aux énergies fossiles. Elles permettent d'améliorer la classe énergétique du logement et réduisent les émissions de CO2.

Hormis pour le chauffage électrique à effet Joule direct (panneaux rayonnants électriques, radiateurs électriques, etc.), l'ensemble des équipements nécessite un entretien régulier, de même que pour l'éventuel conduit de fumée.

(1) Émissions conventionnelles fixées par l'arrêté du 15 septembre 2006 pour le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE).

 



Association Promotelec

Centrée sur les enjeux de notre société, l'association agit pour :

 En savoir plus

  • Un habitat sûr

  • Un habitat adapté à chacun

  • Un habitat économe et respectueux de l’environnement